Québec (province). Industries. Mines

Un article de la Mémoire du Québec (2021).

  • Minalliance regroupe l'Association de l'exploration minière du Québec, l'Association minière du Québec, des entreprises minières, le Fonds de solidarité de la FTQ, Valeurs mobilières Desjardins.


Au Québec, la surface d'un terrain appartient à son propriétaire, mais le sous-sol appartient à l'État. Ce qui signifie que si quelqu'un trouve de la richesse minière sur un terrain, c'est l'État qui lui donne le droit de l'exploiter indépendammant de la volonté du propriétaire de la surface. Ce dernier peut cependant refuser l'accès de l'entreprise minière qui devra alors ou passer par en dessous du terrain du propriétaire de la surface ou demander au Gouvernement de l'exproprier.

Aperçu partiel.

En 2011, l'industrie minière du Québec compte 52 000 emplois pour une masse salariale annuelle de 1,9 G $.
Un sondage réalisé en novembre et décembre 2010 révèle que la population québécoise est à 72 % favorable au développement minier dans la province, mais 56 % des Québécois croient que l'industrie se soucie peu ou pas du tout de l'environnement.

Apatite :
Une compagnie minière norvégienne et Investissement Québec s'associent dans le projet Arnaud pour l'exploitation d'une mine d'apatite située à environ 15 km de Sept-Îles ; exploitation de 2015 à 2045.
L'apatite entre dans la fabrication de fertilisants.

Diamant :
Centre du Québec ; Renard (Stornoway Diamond Corporation et Investissement Québec) ; début d'exploitation prévu : 2014 ; la première mine de diamant exploitée au Québec en collaboration avec le Grand Conseil des Cris ; située dans les monts Otish à 350 km au nord de Chibougamau ; en 2011, pour faciliter l'exploitation de la mine Renard, le gouvernement du Québec entreprend la prolongation de la route 167 de Mistissini aux monts Otish.

Fer :
En 2010, la compagnie Mines de fer Consolidated Thomson démarre une mine de fer près de Fermont où elle procédera à l'extraction de 8 millions de tonnes/année.

ArcelorMittal, une compagnie du Luxembourg, investit dans sa mine de fer du mont Wright, près de Fermont et procède à de nouvelles installations à Port-Cartier en vue d'augmenter de 14 millions à 24 millions de tonnes sa production de concentré et de 9,2 à 18,5 millions de tonnes sa production de boulettes en 2013.

La compagnie chinoise Wisco (5e sidérurgiste en importance au monde) finance le projet Otelnuk d'Adriana Resources situé près du lac Otelnuk entre Schefferville et Kuujjuaq ; ce projet implique la construction d'un chemin de fer de 850 km entre la mine et le port de Sept-Îles ; l'exploitation est prévue pour 2016.

La compagnie canadienne New Millenium Iron Corp. associée à la compagnie indienne Tata investit dans les projets Kémag au Québec et Labmag au Labrador (potentiel de 22 millions de tonnes par anne) ; ce projet implique la construction d'un pipeline de 700 km pour acheminer le minerai vers Sept-Îles.

Lithium :
Abitibi, environs de Lebel-sur-Quévillon ; exploitée de 1955 à 1965 ; remise en exploitation en 2010 par Quebec Lithium (Canada Lithium).

Nickel :
La compagnie suisse Xstrata Nickel exploite les mines Raglan (3 mines souterraines et une mine à ciel ouvert) sur l'extrémité nord du Québec entre Salluit et Kangiqsujjuac près de la rivière Déception ; début de l'exploitation : 1998 ; aménagement d'une cinquième mine en 2011 ; le concentré de nickel est transporté à Deception Bay (près de Salluit) et transporté par bateau jusqu'à Québec, puis par train jusqu'à la fonderie de Xstrata Nickel de Sudbury (Ontario).

Le 2 février 2012, la compagnie Xstrata fusionne avec la compagnie Glencore sous le nom de Glencore Xstrata.

En 2007, la compagnie Canadian Royalties démarre la mise en valeur du projet Nunavik Nickel près du 62e parallèle

En janvier 2012, une filiale de la compagnie chinoise Jilin Jien Canada Mining et la compagnie Goldbrook forment la Jien Canada Mining (Jilin Jien : 75 % et Goldbrook : 25 %) qui achète la compagnie Canadian Royalties et relance son projet Nunavik Nickel.

Le 7 février 2012, la compagnie chinoise Jilin Jien Nickel acquiert la compagnie Goldbrook Ventures et devient ainsi unique propriétaire de la mine du projet Nunavik Nickel.

Niobium :
Projet Crevier ; la compagnie minière MDN projette d'aménager un complexe minier près de Girardville, au nord du lac Saint-Jean pour y exploiter un gisement de niobium et de tantale (possibilité de production annuelle de 178 000 kg de tantale et de 1,8 million de kg de niobium).

Le niobium et le tantale sont utilisés dans la fabrication de produits électroniques et de l'acier inoxidable haut de gamme.

Or :
Canadian Malartic (Osisko Mining) à Val-d'Or ; début d'exploitation : 2011 ; la plus importante exploitation d'une mine d'or à ciel ouvert au Canada : 700 000 onces d'or par année.
LaRonde (Agnico-Eagle Mines) ; début d'exploitation : 1988 ; fin prévisible de l'exploitation : 2023.
En 2015, Goldcorp et sa filiale Mines Opinaca commencent l'exploitation du gisement Eleonore sur le territoire de la Baie-James à environ 350 km au nord de Matagami ; cette mine pourrait devenir la plus grosse mine d'or souterraine du Canada (potentiel évalué à 9,4 millions d'once d'or) ; Éléonore est située à 60 km de la centrale Sarcelle deHydro-Québec. En janvier 2019, le gisement Eleonore de la compagnie Golldcorp est vendue à la compagnie américaine Newmount

Terres rares :

Groupe de 17 métaux indispensables à la fabrication de produits à haute technologie. Oxydes métalliques à propriété très voisines, existant en proportion variable dans des minerais disséminés, chacun d'entre eux pris séparément étant rarement en quantité suffisante pour être exploitables. Le lanthane (neodyme), l'europium, le terbium, l'holmium, l'yttrium sont des terres rares. Des gisements de terres rares se trouvent au Québec à Kipawa (Matamec Exploration et Toyota), à Grande-Vallée (Orbite Aluminae), au nord-est de Schefferville (Quest Minerals), à Saint-Honoré (Iamgold), au nord de Lebel-sur-Quévillon (Ressources Geomega) à une trentaine de km de Waswanipi, et à 130 km au sud de Kuujjuaq (Commerce Resources). La Presse Affaires, 19 novembre 2012, page 9).

Uranium :
En 2006, la compagnie Resources Strateco identifie un gisement d'uranium prometteur dans les monts Otish, au nord de Chibougamau ; c'est le projet baptisé Matoush ; plusieurs groupes environnementaux et anti-nucléaires s'opposent à toute exploration et exploitation de gisement d'uranium au Québec ; le prolongement de la route 167 de Mistissini aux monts Otish favorise l'exploitation de cette mine. En 2012, Les Cris de la baie James expriment leur opposition à l'exploration et l'exploitation de l'uranium sur leurs terres ancestrales ; le projet Matoush est situé sur ces terres.
Le gouvernement du Québec (dirigé par madame Pauline Marois du Parti québécois) impose un moratoire sur l'exploration et l'exploitation de l'uranium au Québec et confie au Bureau d'audience publique sur l'environnement l'évaluation des impacts environnementaux et sociaux de l'exploration et de l'exploitation de la filière uranifère au Québec ; on estime à une année la durée des travaux du BAPE.

Zinc :
Abitibi au nord de Val-d'Or ; la compagnie suisse Xstrata qui possède 25 % des actions de Noranda Income Fund, propriétaire de la raffinerie de zinc de Salaberry-de-Valleyfield, annonce qu'elle veut acquérir la totalité des actions ; la compagnie suisse Xstrata s'associe à la compagnie Donner Metals de Colombie-Britannique pour exploiter la mine de métaux de base de Bracemac-McLeod au sud de Matagami qui devrait produire annuellement 80 000 tonnes de concentré de zinc et 10 000 tonnes à compter de sa mise en exploitation prévue pour 2013 ; le Zinc sera traité à Salaberry-de-Valleyfield et le cuivre à Rouyn-Noranda, puis à la raffinerie Canadian Copper de Montréal.

Gaz naturel :
Le 25 avril 2011, suspension des forages que voulait entreprendre Forages Dibar pour Pacific Arc Resources et OnTrack Exploration de Vancouver pour explorer le sol de Sainte-Adèle, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et Saint-Hippolyte ; une cinquantaine de citoyens de ces municipalités se sont interposés lorsque l'entreprise est arrivée avec ses équipements de forage; le ministère des Ressources naturelles avait aussi délivré un permis d'exploration minière à Pacific Arc Resources pour un secteur de Morin-Heights comprenant la station de ski.



Kipawa.

  • Filmographie -


Trou Story (Richard Desjardins et Robert Monderie, 2011)

Outils personels